Projet de recherche d’improvisation musicale I.A

Aléatoire

présentation

Le premier aspect essentiel de ce projet est le développement d’un logiciel (objet) de simulation inédit, résultat ultime de notre investissement.

Contrairement à d’autres logiciels (Omax, Improtech), nos logiciels et objets digitaux se basent sur l’autonomie des machines, une machine qui propose des phrases musicales à l’infini. Les objets que nous imaginons, qu’ils soient physiques ou virtuels, sont issus du même principe. Il se cache dans l’indéterminé de la réalité une richesse qui demande à s’exprimer. Le circuit bending, qui consiste à chercher dans un circuit imprimé, les courts-circuits qui produiront des effets inattendus, est l’application directe de ce principe. Nous traitons l’informatique et l’électronique de la même façon. En essayant de faire émerger un imprévu « toujours-déjà » présent dans le potentiel de la machine, mais qu’il faut révéler, dévoiler.

Nous nous basons sur ce que les musiques populaires contemporaines suscitent chez le public; qu’est-ce qui plait, qu’est-ce qui revient, le rôle de la machine est de reconnaître cela et de toujours proposer ce qui plait le plus à son utilisateur (communauté de goûts). En partant de nos inventions existantes, nous souhaitons tirer de notre expérience, in fine, une nouvelle machine totalement autonome.

innovation & recherche

Nous travaillons grandement autour de plusieurs aspects de l’I.A dans nos recherches :

1. La modélisation du processus de choix dans l’élaboration « in real time » de musique improvisée. Cette modélisation d’une arborescence algorithmique de choix et non de prédiction, avec un paramètre contrôlable de randomisation, ouvre une fenêtre de visibilité sur l’abandon de contrôle de la machine et sur ses capacités à gérer une multiplicité de choix.

2. À travers l’exploitation du principe d’improvisation, grâce à l’outil informatique « random », nous cherchons à révéler l’importance de la modélisation lors de l’écriture de l’arborescence de choix. Nous poursuivons l’ultra sérialisme de Boulez en exploitant les paramètres qu’il avait mis en évidence par exemple dans « Le marteau sans maître ». Mais chaque individu voit l’architecture du « decision-making » de manière différente. En s’appropriant notre I.A il peut contribuer à la changer, à la personnaliser.

3. L’idéal serait de poursuivre ce travail sur l’improvisation en collaboration avec des spécialistes du Deep Learning. S’il était envisageable de définir un espace de réussite, et l’autre d’échec pour ranger les choix musicaux faits par l’I.A, alors elle produirait seule des propositions adaptées à l’esthétique de l’utilisateur.

l’équipe derrière le projet

Thomas Weirich : Guitariste, chercheur et programmeur

Simon Sieger : Pianiste, chercheur, musicologue

Nadia Brahmi : Productrice, coordinatrice

écouter

regarder

télécharger

suivre & s’abonner

les artistes associés

La Compagnie Nine Spirit • © Tous droits réservés • 2022

Logo rusetacom - Signé horizontal